西峡| 澄迈| 淄博| 开远| 盂县| 离石| 腾冲| 苍溪| 剑河| 栖霞| 天池| 新宾| 灯塔| 共和| 巩留| 扶绥| 衡阳县| 珊瑚岛| 治多| 达坂城| 古冶| 博白| 牙克石| 镇远| 双流| 黄岛| 安远| 曲靖| 海阳| 赤峰| 藤县| 奉贤| 四会| 固阳| 祁县| 于田| 河口| 绵竹| 姚安| 崇礼| 揭东| 明溪| 武功| 叙永| 湛江| 白云矿| 和布克塞尔| 新竹县| 拜城| 布拖| 宣汉| 武进| 迁安| 靖州| 霍山| 中阳| 遂平| 怀集| 镇巴| 宁化| 城阳| 瓯海| 当阳| 若尔盖| 桦南| 石拐| 白水| 景东| 茄子河| 东丰| 旌德| 石景山| 德江| 吉首| 崂山| 龙井| 平定| 平谷| 清镇| 内蒙古| 威县| 莆田| 烈山| 固始| 安陆| 万安| 卢龙| 东川| 宜城| 茄子河| 陵水| 资兴| 安仁| 马边| 阜阳| 邵东| 长沙县| 太原| 布拖| 乐都| 施甸| 宣汉| 博乐| 合江| 黎川| 陇南| 普安| 迁安| 施甸| 萨迦| 沁县| 玛沁| 万全| 饶河| 开县| 峰峰矿| 都匀| 永年| 平邑| 高明| 婺源| 平定| 楚州| 全南| 崇礼| 石台| 城口| 康定| 太湖| 本溪满族自治县| 长顺| 临安| 山西| 印台| 凤阳| 莱芜| 南充| 三都| 什邡| 盐池| 新乡| 铁山| 青岛| 平果| 麻城| 南乐| 巨野| 丹棱| 五指山| 桑植| 洪雅| 隰县| 兰坪| 镇原| 临淄| 永寿| 临川| 西峡| 高港| 双桥| 邹平| 清水河| 高邮| 陵县| 台安| 新沂| 竹山| 城步| 泌阳| 保康| 察隅| 安图| 巴东| 宜州| 乌尔禾| 沅江| 肃宁| 米易| 汉川| 镇原| 天镇| 江城| 宜城| 梅河口| 江源| 宣化区| 麻山| 柞水| 淮滨| 双牌| 白城| 郏县| 秦皇岛| 宝坻| 柳城| 让胡路| 株洲市| 浏阳| 盘山| 荣县| 秦皇岛| 孝义| 台北市| 西丰| 石林| 林芝镇| 南宁| 理塘| 侯马| 涿州| 中方| 台前| 建德| 仪陇| 讷河| 安图| 纳溪| 玉门| 句容| 香河| 桓仁| 沁县| 运城| 赣榆| 绥棱| 拜泉| 赣县| 辉县| 莱山| 南溪| 平陆| 泉州| 宁陵| 隆安| 进贤| 蓟县| 古蔺| 城固| 孝义| 千阳| 陵县| 德安| 铁山| 烈山| 张掖| 隆林| 白云矿| 松原| 沈丘| 乃东| 永胜| 海林| 潍坊| 亳州| 嘉禾| 马祖| 通海| 大荔| 大渡口| 海淀| 南平| 潞城| 美溪| 怀宁|

代表:推进正装“国服” 公职人员和知识界带头穿

2019-09-22 23:04 来源:河南金融网

  代表:推进正装“国服” 公职人员和知识界带头穿

  2018年,这里还要建设公园二期工程。”(完)(责编:吴亚雄、蒋波)

养殖业生产效率明显提高,畜禽产品供给宽松。“党的十八大以来,我国人工智能技术迅猛发展,获得重要进展的人工智能应用,都是与对应行业、产品或服务相结合的,服务用户、服务大众是技术发展的必然结果。

    粉煤灰变废为宝原本是件好事,但接下来又出现了新问题。事实上,酷炫、美丽的灯光展示背后,不仅有创新和创意,也不仅有历史和文化,更有着科技发展和产业的聚集发展因素。

  随着2015年开始的广州“一江两岸三带”的夜景照明改造规划实施,珠江北岸24栋建筑动画演绎“广州故事”,又为广州这一座不夜城增加了新的夜景名片。演唱过程中,她醇厚又迷人的嗓音与乐队精彩伴奏紧紧交融,时而浅浅低吟,时而荡气回肠,将飞鸟与鱼之间的爱恋演绎得分外动人。

可以预见,未来民用、工业、商业、建筑领域使用的煤炭、石油和天然气都将逐步被电能取代,化石能源为主的消费结构将转变为电能为主的消费结构。

  但要注意的是,美联储加息仅在短线会对美元指数有作用,进而影响人民币汇率。

  同时,西红柿中丰富的维生素C,也具有祛除皮肤黑色素及美白肌肤的作用。2017年中国官方公布的黄金储备位居全球第五,仅为美国的1/5,且其中约600吨存放在美国。

  体验消费业态,既是热点,同时又具有消费频次高、人气旺的特点,与家居行业可以实现互补。

  小麦苗情向好转化,春耕备耕稳步推进。  除了这个矛盾以外,相对论和量子力学对描述时间的方式也不相同。

    岩质行星是指以硅酸盐岩石为主要成分的行星。

  现在有了一定的时间距离,再次总结或许可以增加对问题全面一些的认识。

  (责编:张桂贵、孙红丽)”周军说。

  

  代表:推进正装“国服” 公职人员和知识界带头穿

 
责编:
french.xinhuanet.com
 

(VOIX DE XINHUA) Accord UE-Turquie: quand les réfugiés deviennent des pions

                 French.xinhuanet.com | Publié le 2019-09-22 à 11:08
(责编:盛月、权娟)


Des réfugiés et migrants protestent contre l'accord UE-Turquie sur la migration dans le camp de Moria, sur l'?le grecque de Lesbos en Grèce le 5 avril 2016. (Xinhua/Marios Lolos)

Par WANG Songyu

BEIJING, 7 avril (Xinhua) -- Conformément à l'accord conclu entre l'Union européenne (UE) et la Turquie, un premier groupe de plus de 200 réfugiés a été renvoyé de Grèce vers la ville de Dikili en Turquie le 4 avril dernier. Mais des organisations de défense des droits de l'Homme ont critiqué cet accord et de nombreuses voix ont mis en doute son efficacité.

Depuis que Bruxelles et Ankara ont décidé de refouler vers la Turquie les réfugiés entrés en Grèce, les migrants qui se trouvent en Grèce ont manifesté contre cet accord et des heurts ont éclaté presque tous les jours. Pour chaque Syrien entré illégalement en Europe renvoyé en Turquie, l'Union européenne (UE) doit accueillir un Syrien n'ayant jamais tenté d'entrer illégalement en Europe et se trouvant en Turquie. Toutefois, cet échange prévoit un plafond de 72.000 migrants, un chiffre loin d'être satisfaisant au regard du nombre total de réfugiés.

Certains observateurs internationaux estiment que l'UE cherche à transférer sa crise des migrants à l'extérieur. Avec cet accord avec la Turquie, l'UE espère faire de la Turquie le gardien de ses frontières. En contrepartie, l'UE a promis d'accorder trois milliards d'euros de subventions à la Turquie pour les dépenses liées aux réfugiés, d'exempter de visa les ressortissants turcs souhaitant se rendre dans l'espace Schengen et de relancer les négociations sur l'adhésion du pays à l'UE.

Touchée depuis un an par la crise migratoire, l'Europe ne semble avoir d'autre choix que de coopérer avec la Turquie. "L'UE estime que la crise migratoire actuelle et les pressions liées aux migrants en Grèce ont pour principales causes les traversées clandestines et le trafic de personnes. L'accord conclu entre Bruxelles et Ankara est de fait un accord de sous-traitance qui confie à la Turquie la tache d'examiner le cas de chaque réfugié et de les expulser", a expliqué Cui Hongjian, chercheur à l'Institut chinois d'études internationales. "Cela pourrait alléger la pression sur l'UE, notamment sur la Grèce", a-t-il ajouté.

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) s'est dit préoccupé par les termes concernant les droits de l'Homme et le droit international employés dans l'accord. Il a souligné que l'expulsion collective d'étrangers était illégale, même dans le cadre du droit de l'UE.

L'organisation Amnesty International a indiqué dans un rapport publié le 1er avril que le gouvernement turc renvoie une centaine de Syriens vers la Syrie chaque jour depuis la mi-janvier.

John Dalhuisen, directeur d'Amnesty International pour l'Europe et l'Asie centrale, a estimé que les dirigeants européens souhaitent tellement fermer la frontière qu'ils négligent les faits les plus élémentaires, à savoir que la Turquie n'est pas un pays s?r pour les réfugiés et qu'elle est de plus en plus dangereuse.

Certaines organisations des droits de l'Homme ont souligné qu'il n'existait pas de loi sur l'asile politique en Turquie et que le pays avait juste promis de traiter les réfugiés dans le respect du droit international, sans que l'on sache comment il s'y prendrait exactement ni ce que cela recouvrait.

Le renvoi de réfugiés syriens vers leur pays met en évidence les failles de l'accord entre Bruxelles et Ankara, a souligné M. Dalhuisen.

En outre, l'accord d'échange de réfugiés n'a pas précisé dans quels pays seraient accueillis les réfugiés arrivés de Turquie. L'UE ne peut pas forcer ses pays membres à accueillir un nombre fixe de réfugiés. Une coalition de pays partageant la volonté d'accueillir ensemble de nouveaux voisins est indispensable pour concrétiser l'accord.

L'ambigu?té de la Turquie et les divergences d'opinion au sein de l'UE montrent que l'accord ne tient pas compte des intérêts des réfugiés et que sa capacité à résoudre le problème est très limitée.

L'UE a besoin d'une "zone tampon" pour réduire l'afflux de migrants en situation irrégulière, et la Turquie souhaite tirer parti de la crise afin d'accélérer son processus d'adhésion à l'Union. Le fait que la Turquie a soudain formulé de nouvelles demandes est un signe clair que le pays se sent plus nécessaire pour l'Europe que cette dernière ne l'est pour la Turquie. Et les réfugiés ne sont que des pions sur son échiquier.

Mais ce n'est pas tout. L'UE pourrait être confrontée à d'autres problèmes. Selon l'accord, les Turcs seront exemptés de visa au sein de l'espace Schengen et le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE sera accéléré. Si l'UE n'a pas la capacité de tenir bon face à la vague de réfugiés, comment pourra-t-elle faire face à une autre vague de migrants originaires de Turquie? "L'UE doit bien réfléchir à la question de savoir si sa coopération avec la Turquie ne va pas lui apporter de nouveaux problèmes après en avoir résolu un", a averti M. Cui.

Lire aussi :

Embrasement des tensions dans des camps de réfugiés grecs après des renvois vers la Turquie

ATHENES, 6 avril (Xinhua) -- Les tensions se sont embrasées mercredi en Grèce autour de camps d'accueil organisés et de campements improvisés, suite à des protestations de milliers de réfugiés contre les renvois en Turquie débutés lundi dans le cadre d'un accord entre l'UE et la Turquie visant à endiguer l'afflux de réfugiés en Europe.

 
分享
Découvrez les photos des danseuses fraîchement diplômées de l'Université des Trois-Gorges
Découvrez les photos des danseuses fra?chement dipl?mées de l'Université des Trois-Gorges
Le nouveau shooting de l'actrice Kristy Yang
Le nouveau shooting de l'actrice Kristy Yang
Grande transhumance d'un million de têtes de bétail dans la région d'Altay
Grande transhumance d'un million de têtes de bétail dans la région d'Altay
Salon du commerce et de l'investissement Chine-PECO
Salon du commerce et de l'investissement Chine-PECO
L'Afghanistan sous l'objectif de Zabihullah Tamana
L'Afghanistan sous l'objectif de Zabihullah Tamana
Photos - paysages magnifiques d'une grotte karstique au Shandong
Photos - paysages magnifiques d'une grotte karstique au Shandong
Nouvelles photos de l'actrice chinoise Yuan Shanshan
Nouvelles photos de l'actrice chinoise Yuan Shanshan
Sichuan: un cochon à deux tête
Sichuan: un cochon à deux tête
Retour en haut de la page

(VOIX DE XINHUA) Accord UE-Turquie: quand les réfugiés deviennent des pions

French.xinhuanet.com | Publié le 2019-09-22 à 11:08


Des réfugiés et migrants protestent contre l'accord UE-Turquie sur la migration dans le camp de Moria, sur l'?le grecque de Lesbos en Grèce le 5 avril 2016. (Xinhua/Marios Lolos)

Par WANG Songyu

BEIJING, 7 avril (Xinhua) -- Conformément à l'accord conclu entre l'Union européenne (UE) et la Turquie, un premier groupe de plus de 200 réfugiés a été renvoyé de Grèce vers la ville de Dikili en Turquie le 4 avril dernier. Mais des organisations de défense des droits de l'Homme ont critiqué cet accord et de nombreuses voix ont mis en doute son efficacité.

Depuis que Bruxelles et Ankara ont décidé de refouler vers la Turquie les réfugiés entrés en Grèce, les migrants qui se trouvent en Grèce ont manifesté contre cet accord et des heurts ont éclaté presque tous les jours. Pour chaque Syrien entré illégalement en Europe renvoyé en Turquie, l'Union européenne (UE) doit accueillir un Syrien n'ayant jamais tenté d'entrer illégalement en Europe et se trouvant en Turquie. Toutefois, cet échange prévoit un plafond de 72.000 migrants, un chiffre loin d'être satisfaisant au regard du nombre total de réfugiés.

Certains observateurs internationaux estiment que l'UE cherche à transférer sa crise des migrants à l'extérieur. Avec cet accord avec la Turquie, l'UE espère faire de la Turquie le gardien de ses frontières. En contrepartie, l'UE a promis d'accorder trois milliards d'euros de subventions à la Turquie pour les dépenses liées aux réfugiés, d'exempter de visa les ressortissants turcs souhaitant se rendre dans l'espace Schengen et de relancer les négociations sur l'adhésion du pays à l'UE.

Touchée depuis un an par la crise migratoire, l'Europe ne semble avoir d'autre choix que de coopérer avec la Turquie. "L'UE estime que la crise migratoire actuelle et les pressions liées aux migrants en Grèce ont pour principales causes les traversées clandestines et le trafic de personnes. L'accord conclu entre Bruxelles et Ankara est de fait un accord de sous-traitance qui confie à la Turquie la tache d'examiner le cas de chaque réfugié et de les expulser", a expliqué Cui Hongjian, chercheur à l'Institut chinois d'études internationales. "Cela pourrait alléger la pression sur l'UE, notamment sur la Grèce", a-t-il ajouté.

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) s'est dit préoccupé par les termes concernant les droits de l'Homme et le droit international employés dans l'accord. Il a souligné que l'expulsion collective d'étrangers était illégale, même dans le cadre du droit de l'UE.

L'organisation Amnesty International a indiqué dans un rapport publié le 1er avril que le gouvernement turc renvoie une centaine de Syriens vers la Syrie chaque jour depuis la mi-janvier.

John Dalhuisen, directeur d'Amnesty International pour l'Europe et l'Asie centrale, a estimé que les dirigeants européens souhaitent tellement fermer la frontière qu'ils négligent les faits les plus élémentaires, à savoir que la Turquie n'est pas un pays s?r pour les réfugiés et qu'elle est de plus en plus dangereuse.

Certaines organisations des droits de l'Homme ont souligné qu'il n'existait pas de loi sur l'asile politique en Turquie et que le pays avait juste promis de traiter les réfugiés dans le respect du droit international, sans que l'on sache comment il s'y prendrait exactement ni ce que cela recouvrait.

Le renvoi de réfugiés syriens vers leur pays met en évidence les failles de l'accord entre Bruxelles et Ankara, a souligné M. Dalhuisen.

En outre, l'accord d'échange de réfugiés n'a pas précisé dans quels pays seraient accueillis les réfugiés arrivés de Turquie. L'UE ne peut pas forcer ses pays membres à accueillir un nombre fixe de réfugiés. Une coalition de pays partageant la volonté d'accueillir ensemble de nouveaux voisins est indispensable pour concrétiser l'accord.

L'ambigu?té de la Turquie et les divergences d'opinion au sein de l'UE montrent que l'accord ne tient pas compte des intérêts des réfugiés et que sa capacité à résoudre le problème est très limitée.

L'UE a besoin d'une "zone tampon" pour réduire l'afflux de migrants en situation irrégulière, et la Turquie souhaite tirer parti de la crise afin d'accélérer son processus d'adhésion à l'Union. Le fait que la Turquie a soudain formulé de nouvelles demandes est un signe clair que le pays se sent plus nécessaire pour l'Europe que cette dernière ne l'est pour la Turquie. Et les réfugiés ne sont que des pions sur son échiquier.

Mais ce n'est pas tout. L'UE pourrait être confrontée à d'autres problèmes. Selon l'accord, les Turcs seront exemptés de visa au sein de l'espace Schengen et le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE sera accéléré. Si l'UE n'a pas la capacité de tenir bon face à la vague de réfugiés, comment pourra-t-elle faire face à une autre vague de migrants originaires de Turquie? "L'UE doit bien réfléchir à la question de savoir si sa coopération avec la Turquie ne va pas lui apporter de nouveaux problèmes après en avoir résolu un", a averti M. Cui.

Lire aussi :

Embrasement des tensions dans des camps de réfugiés grecs après des renvois vers la Turquie

ATHENES, 6 avril (Xinhua) -- Les tensions se sont embrasées mercredi en Grèce autour de camps d'accueil organisés et de campements improvisés, suite à des protestations de milliers de réfugiés contre les renvois en Turquie débutés lundi dans le cadre d'un accord entre l'UE et la Turquie visant à endiguer l'afflux de réfugiés en Europe.

On recommande | Plus de photos

010020070770000000000000011107401352578041
五顷塬回族乡 凤仪镇 刘家店镇 树木岭路 逸泉山庄
程林街增兴窑村鸿福道 华海园 梅星村 塘边镇 育群胡同